Petites histoires et aventures
Club CycloTouriste de Maubeuge

Le nouveau salut de rencontre des cyclos

Par Francis HUON

Le 18 mai 2020

Notre 1ère sortie du 17 mai 2020 après confinement ...

Au départ de la piscine, nous avons inauguré le nouveau salut de rencontre des cyclos, roue contre roue. (wheel to wheel and not cheek to cheek).

Après un démarrage en douceur, la montée de la côte de Marpent a naturellement permis de respecter la distance de 10 mètres voire bien au-delà tant la différence de préparation était importante. Le parcours par un temps idyllique, via Colleret et Quiévelon, nous a conduit sur le haut d'Obrechies pratiquement sans grimper et profiter d'une belle descente où l'on a pu s'offrir de jolies trajectoires.

A la sortie de Wattignies, Yannick a été victime d'un bris de chaine sur son magnifique vélo et nous avons pu bénéficier de son cours magistral de réparation en un clin d'oeil. Nous nous perdons en conjecture sur les raisons de cet incident sur un vélo quasi-neuf : dérailleur mal réglé, effort trop violent, chaine venant d'un pays exotique, poids du cyclo ????

 Nous avons malheureusement perdu dans l'herbe le maillon défaillant, ce qui empêchera toute analyse par le labo de l'Ecole des Mines de Douai .

Bref, le retour par Floursies et sa source intarissable s'est passé sans autre pépin (comme dirait ...)



La grippe asiatique de l'hiver 57/58

Par Francis HUON

Le 2 avril 2020

Salut à tous:

Suite au passage d'un écrivain à la télé qui faisait allusion à la grippe asiatique de l'hiver 57/58 qui aurait fait 100.000 morts, il m'est revenu un souvenir personnel sur cet épisode.

A l'époque, j'étais en 5 ième, pensionnaire (comme on disait autrefois) au collège Pinchart à Haubourdin.

Malade, je suis envoyé à l'infirmerie où je suis pris en main (de poigne) par celle qui faisait office d'infirmière, qui, au vu d'un vague lien de parenté avec ma mère, s'autorisait à me brocarder. Il est vrai qu'à cet âge j'étais bien malingre et ne faisais pas le poids face à celle qui me semblait être diplômée lingère plutôt qu'aide-soignante.

Me plaignant de le gorge, elle empoigne une longue pince sur laquelle elle enroule un tampon d'ouate préalablement imbibé de permanganate qu'elle m'enfourne au fond de la bouche; effet immédiat, je rends mon repas : ah le petit saligaud !

Aussitôt , ma mère est prévenue et un voisin fermier qui était parmi les rares possesseurs de voiture du village vient me chercher. A l'arrivée, emmitouflé dans une grosse couverture à carreaux, il a fallu me porter tellement j'étais mal. Imaginez : comme si vous aviez en même temps une angine, une bronchite, une jaunisse et tout cela avec près de 40 ° de fièvre.

Depuis cet année-là, moi qui était chaque hiver frappé d'angine, je n'en ai plus jamais souffert.

On a parlé pendant plusieurs années de cette fameuse grippe asiatique qui a fait longtemps référence. Mais paradoxalement quand j'ai interrogé dernièrement mon frère ainé (de 6 ans), ça ne lui rappelle rien, de même que Georges Rombi, lui aussi mon ainé, mais à l'époque, il habitait encore l'Algérie.

Comme vous pouvez le faire, je suis allé sur internet en tapant "grippe asiatique". Il en ressort que la grippe aurait fait entre 10.000 et 100.000 morts cet hiver-là en France, mais ce dernier chiffre me semble exagéré. Le virus était du type H2N2 et a sévi plusieurs années de suite jusqu'à être tout récemment supplanté par le H1N1 et a frappé particulièrement les adolescents.

PS: Si vous aussi vous avez un souvenir qui vous revient, qui touche au vélo ou pas, essayez d'en tirer une petite histoire (soignez votre style) et faites en profiter les copains pendant cette horrible période de confinement.